A travers temps, de Robert Charles Wilson

En avril 1979, le voyageur temporel Ben Collier est assassiné par un soldat provenant du futur, Billy Cullego. Après avoir caché le corps derrière la maison, celui-ci y entre, puis disparait.
Dix ans plus tard, Tom Winter, après  s'être fait largué par sa compagne,  a perdu son emploi. Il revient alors dans sa ville natale, Belltower, où il acquiert une maison à l'apparence des plus banales. 
Pourtant, des événements étranges ne vont pas tarder à se produire à l'intérieur de cette maison...

Après le succès rencontré par Spin (paru en 2005 et vendu à plus de 10.000 exemplaires  en grand format !), les responsables de la collection Lunes d'encre sont allés chercher des romans plus anciens  de l'auteur canadien, Robert Charles Wilson. En 2008, on avait eu droit à une réédition raisonnée de Mystérium (augmentée d'un roman de jeunesse de l'écrivain, La Cabane de l'aiguilleur, et de six nouvelles). En 2010, c'est carrément un inédit que Gilles Dumay nous propose avec ce A travers temps.

Bien sûr, on serait tout à fait en droit de penser qu'il s'agit là d'une vieillerie sans grand intéret, tout juste bonne à surfer sur la vague Wilson. Eh bien, je peux vous dire qu'on aurait bien tort de le croire. En effet, même s'il date de 1991, ce roman n'a pas pris une ride. Evidemment, l'emballage peut très bien contribuer à le rendre moderne (il n'y a qu'à voir la superbe couverture signée Manchu pour s'en convaincre). Pourtant, il suffit d'en lire quelques pages pour se rendre compte qu'on a entre les mains un très bon roman.

Déjà, il y a ce scénario, que pour simplifier on peut qualifier de malin. Comme le suggère le titre français (en V.O., le roman s'appelle A Bridge of Years ; à signaler d'ailleurs la traduction assurée par Gilles Goullet), on revisite ici le thème du voyage dans le temps. Or, pour ce genre de sujet, il n'y a rien de plus désagréable à lire qu'une histoire linéaire. Ainsi, Wilson a eu l'intelligence  de déconstruire son récit de façon quasiment parfaite, tissant ses fils narratifs de belle manière, les laissant et les reprenant toujours aux bons moments, sans jamais perdre son lecteur. Et ce n'est vraiment pas un vain exploit.

Comme à son habitude, Wilson nous campe des personnages humains, qui nous ressemblent et qui sont confrontés à des situations les dépassant totalement. Peu nombreux, ils possédent tous le relief suffisant pour qu'on croit sans peine à leur personnalité, à leurs motivations, plus ou moins positives. Et il le fait, comme toujours, avec ce style magnifique qui lui est propre.

Au final, nous avons là un très bon roman, de ceux qu'on peine à poser une fois ouverts. Même si la trame principale nous parle de voyages temporels,  c'est  du dur travail de deuil qu'il est question en filigrane dans ce roman. Deuil d'une relation qui n'est plus, de la mort des parents, du passé révolu, etc.

Bref, un Wilson de très bon cru, tout en finesse, malgré un millésime un peu ancien. Pour tout dire, ça aurait été vraiment dommage de passer à côté.

note : III

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Un très bon souvenir que ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très bonne lecture pour moi. Paradoxalement, la chronique a été assez pénible à sortir...

      A.C.

      Supprimer
  2. En effet un très bon Wilson !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, pour le moment, j'en ai pas lu de franchement mauvais...

      A.C.

      Supprimer
  3. tu me donnes très envie de le ressortir de ma PAL malgré mes autres bouquins en cours... Si en plus le thème central est le deuil c'est surement parfait pour moi en ce moment. Oui je crois que je vais sortir ça. En espérant que ça ne soit pas trop pessimiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument pas pessimiste ! Du moins est-ce ainsi que je l'ai ressenti... Heureux de t'avoir donné envie de le lire, et j'espère sincèrement que ce que tu vis en ce moment n'est pas trop grave... Très bonne lecture à toi !

      A.C.

      Supprimer
    2. Rien n'est grave quand tu sais le recevoir comme il faut ^^ Ma chienne est morte (enfin mourante quand j'ai écrit le com, et là on a été chez le véto aujourd'hui), et puis ça fait écho à d'autres deuils. Bref j'suis bien dans la thématique quoi.
      Mais t'inquiète pas pour moi, je survis ;) Comme je disais, c'est vraiment important d'accueillir l'évènement pour que cela se passe bien. (mais voilà que je m'étale ^^).

      Supprimer
    3. Pas de soucis !
      A toi de voir si ce que j'ai ressenti à la lecture de ce (superbe) roman peut correspondre à ce que toi, tu attends d'une lecture, avec ce thème là en particulier.
      N'hésite pas à revenir par ici pour en parler de nouveau...

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire