Transcendance

Dans un futur assez proche (même si indéterminé), le professeur Will Caster est l'un des plus grands spécialistes des intelligences artificielles. Alors qu'il sort de donner une conférence où il annonce pour bientôt la venue de ce que de nombreux scientifiques nomment la Singularité, et qu'il préfère intituler Transcendance, il échappe de peu à une tentative d'assassinat perpétuée par un groupe d'activistes responsables de toute une vague d'attentats. Mais comme la balle qui l'a touché était contaminée au Polonium, les médecins ne lui donnent que quelques semaines à vivre...

Transcendance (2014, 2h00), film américano-anglo-chinois de Wally Pfister, avec Johnny Depp, Rebecca Hall, Paul Bettany, Cillian Murphy, Morgan Freeman...

Voici donc le premier film de Wally Pfister, connu surtout pour être le directeur de la photographie de Christopher Nolan (notamment sur The Dark Knight et Inception). Pas vraiment un manchot niveau cinéma, donc. Et pour sa montée en grade, le monsieur n'a pas forcément choisi la facilité en réalisant un scénario original. Oui, vous avez bien lu, ce film n'est ni une adaptation de série, comics ou roman, ni un remake, ni une sequel, une prequel et encore moins un reboot. C'est bien tiré d'un scénario original. C'est si rare de nos jours qu'il faut bien le signaler. Bon, quand je dis original, je m'entends, parce que ces idées de transcendance et de singularité ne sont pas nouvelles, pas au cinéma, et encore moins en littérature de science-fiction. N'étant pas un spécialiste de cyberpunk, je ne pourrais citer trop d'exemple, mais sur le grand écran, il y avait déjà eu Le Cobaye.

Après, sans être le chef d'oeuvre de l'année, ce Transcendance se laisse tout à fait regarder. Le scénario de Jack Paglen est assez malin pour ne pas tout nous révéler d'un coup. Certes il y a quelques scènes d'exposition pas très subtiles, mais je ne peux pas trop en dire, de peur de spoiler l'intrigue. C'est peut-être un poil trop long, même si dans l'ensemble je ne me suis pas trop ennuyé. Oui parce que si vous cherchez un film d'action, passez votre chemin, ce film n'est pas pour vous. C'est assez bavard et les considérations philophico-mystiques de certaines répliques pourront en rebuter plus d'un. Pour ma part, j'ai passé un plutôt bon moment et c'est déjà ça.

note : II

A.C. de Haenne 

Commentaires

  1. Merci pour cette chronique, cela donne envie de voir le film !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Comme je le dis souvent, c'est le plus beau des compliments !

      A.C.

      Supprimer
  2. Je te rejoins sur l’idée que sans être le film de l’année, il se laisse regarder. Il y a vraiment des bonnes idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Basé plus sur le dialogue que l'action, c'est un film différent et plutôt original. On est d'accord.

      A.C.

      Supprimer
  3. Je me tâte alors.... des fois j'ai du mal avec les réflexions mystiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, ce n'est pas non plus le cœur du film. Ce que ce film raconte est intéressant. Comme je le dis plus haut, c'est un film assez bavard où l'action ne prime pas. Pour une fois que la réflexion l'emporte sur le tactactac des mitraillettes, faut pas s'en priver. Bon, y'en a un peu, quand même, ça reste un film en grande partie américain.

      A.C.

      Supprimer
  4. ah ben je le rajoute dans ma liste celui là ^^ j'aime bien moi quand c'est bavard et réflexif... sinon je ne serais pas fan de star trek (les séries) lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En le revoyant récemment, je me suis rendu compte que j'avais oublié pas mal de choses de l'intrigue, et même un acteur comme Morgan Freeman !!!! Mais comme à ma première vision (au ciné), je trouve que ce film commence super bien et dérive petit à petit vers autre chose, plus bizarre. Et un manque de rythme un peu problématique à mon goût personnel.

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire