Hypérion 1 (Hyperion), par Dan Simmons

Sans qu'aucun d'eux ne sache vraiment pourquoi, sept pèlerins sont choisis par l'Hégémonie pour mener un voyage sur Hypérion, une planète où sévit une étrange créature, le gritche. Quand ils y arrivent enfin, ils découvrent un spectacle de fin du monde. Des millions de personnes affluent derrière les grilles du spatio-port, tentant de fuir comme ils peuvent la planète devenue pour eux totalement inhospitalière...

peinture de W. Siudmak
Avant de parler du contenu de ce roman, j'aimerais dire deux mots sur l'édition. Ayant entre les mains la version de 1995, celle où le roman est coupé en deux, je vais parler de celle-là. Je trouve tout simplement incroyable cette manie qu'ont (parfois) les éditeurs de couper en deux des romans. Même si parfois ça peut se justifier (taille du roman, attente trop longue, etc.), là aucun des arguments habituellement avancés pour ce genre de charcutage n'est recevable. Le roman total en traduction française fait moins de 600 pages. Quelle autre raison que le doublement des gains ? Bref, passons...

Ceci étant dit, ce roman, appartenant au cycle Les cantos d'Hypérion, se compose de six récits racontés successivement par les pèlerins. On a donc deux niveaux de lecture. Le premier, où l'on suit les personnages tout le long de leur quète vers les Tombeaux du Temps. Le second, qui mène le lecteur dans les histoires vécues (ou non) par les protagonistes. C'est d'ailleurs ce deuxième plan qui donne de la profondeur au roman. Le tout est tissé de main de maître par un Dan Simmons, dont c'était ici l'un de ses premiers romans. C'est peu de dire que l'auteur américain écrit bien. Il a un sens de la phrase incroyable, un style impeccable totalement au service de son histoire.

J'avais découvert Dan Simmons avec son Échiquier du Mal (paru aux USA en même temps que celui-ci) et ce fut un véritable choc. Cela faisait longtemps que je voulais revenir à cet auteur, malgré sa réputation de plus en plus sulfureuse (je ne m'étalerai pas ici sur ce sujet). Depuis le temps que je lisais, à droite et à gauche, qu'Hypérion est un livre génial, il me fallait l'occasion du Summer Star Wars II pour m'en rendre compte par moi-même. C'est à présent chose faite, et je ne le regrette vraiment pas le voyage hautement space op'. D'autant que ce fut une lecture de vacance, au bord de la mer, ou de la piscine... Ah, quel bonheur de ne devoir rien faire d'autre que de lire ! A présent, il faut juste que je me lance dans la partie 2 de ce roman et puis, un peu plus tard ou dans la foulée, je lirai les autres livres pour clore le cycle des Cantos d'Hypérion. Bref, de grands moments de lecture en perspective.

Hypérion 1 (Hyperion) - Pocket Science-fiction - 288 pages - traduction de Guy Abadia - D.L. juin 1995

note : IV

A.C. de Haenne


Commentaires

  1. De mon côté, je vais sans doute attendre la sortie de "l'intégrale" (celle qui réunit les deux parties du roman original tronçonné en deux lors de sa parution en poche...) pour m'y mettre enfin... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, alors, je n'étais pas si en retard que ça. Je croyais que tout le monde avait déjà lu Hypérion...

      A.C.

      Supprimer
  2. "cette manie qu'on (parfois) les éditeurs " -> qu'ont les éditeurs.

    Sinon c'est très bien de séparer l'auteur de son oeuvre, oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, faute corrigée.

      Sinon, oui, c'est essentiel. Et en ce qui concerne Simmons, ça serait dommage parce qu'il a quand même une sacrée bonne plume.

      A.C.

      Supprimer
  3. Arf, pas transporté par ce bouquin.

    "Terreur", par contre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, les goûts et les couleurs...

      Ben oui, "Terreur". Mais comme je ne l'ai pas, je vais devoir encore attendre un peu. Pour le moment, j'ai quelques Simmons encore en attente : le 2 de celui-là, "Endymion", "Ilium", "Olympos". Et même "Le chant de Kali", son tout premier.

      A.C.

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Jamais trop tard pour bien faire. Et si on devait se frapper le front à chaque bouquin qu'on n'a pas lu, mais que tout le monde a lu, on aurait une bonne bosse, je crois !

      A.C.

      Supprimer
    2. Eh oui ! Parfois je me lamente sur tout ce qui me reste à lire... Et très vite je me dis qu'on doit être malheureux si on a tout lu (mais déjà, est-ce vraiment possible ?) Alors, petit à petit, on rattrape son retard et on se tient au courant de ce qui sort... La vie est déjà assez stressante.

      A.C.

      Supprimer
  5. Pas lu non plus mais comme Lorhkan j'attends la faussement vraie intégrale... Et j'ai aussi l'Echiquier du Mal qui m'attend dans ma bibliothèque ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, si tu as L’Échiquier du Mal dans ta BàL, cesse tout de suite ce que tu es en train de faire et n'hésite plus à y plonger. Tu ne regretteras pas le voyage, tu peux me faire confiance.

      A.C.

      Supprimer
  6. Un super livre, Hypérion ! Mon livre de chevet. Je l'ai relu il n'y a pas et maintenant je vais commencer la Chute d'Hypérion.

    La division en tomes permet aussi de profiter des magnifiques illustrations de Jean-Sébastien Rossbach. =D

    RépondreSupprimer
  7. Comme tu peux le voir, mes bouquins sont illustrés par des peintures de Siudmak. Toute une époque, quoi. Oui, je connais Rossbach. Pas aussi doué que Manchu, mais du très bon quand même.

    A.C.

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai lu il y a plus de dix ans et 'est par ce roman que j'ai découvert le space-opera. Une grande claque.
    Avec la réédition de "l'intégrale", je crois que que je vais m'y replonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une belle manière d'entrer dans ce genre...

      Intégrale qui est sortie le 11 septembre 2014. Je suis plutôt dans les temps, en fait :

      http://www.pocket.fr/site/hyprion_intgrale_&100&9782266252584.html

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire