Birdman ou (la surprenante vertu de l'ignorance)

Riggan Thompson est un acteur déchu. Après avoir connu la gloire en ayant interprété à de nombreuses reprises le rôle d'un super-héros (Birdman) sur grand écran, il tente de revenir sur le devant de la scène en montant une pièce de théâtre tirée d'une nouvelle de Raymond Carver. Mais Thompson semble assez fragile psychologiquement, "discutant" même avec son alter ego quand il se retrouve tout seul dans sa loge...

Birdman or (The Unexpected Vertue of Ignorance) (2014, 1h59), film américain de Alejandro Gonzalez Inarritu, avec Michael Keaton, Emma Stone, Edward Norton, Naomi Watts, Zach Galifianakis...

Voici donc le cinquième film du réalisateur mexicain Alejandro González Iñárritu. Même si je ne le découvrais pas avec celui-ci, c'est tout de même le premier long-métrage que je vois de lui au cinéma. J'ai attendu de pouvoir assister à la seule séance en V.O. et, franchement, je ne regrette pas une seconde mon déplacement. Que j'ai vécu comme une expérience, de celle que seul le cinéma peut vous en procurer.

Alors, comment parler de ce film sans tomber dans la redite de ce qui a été dit mille fois ailleurs, et de façon beaucoup plus intelligente que je vais tenter de le faire ici ? Qu'il s'agit d'un bel hommage au théâtre ? Que la mise en scène est incroyable, avec seulement quelques plans séquences orchestrés au millimètre ? Que Michael Keaton est parfait dans ce rôle parce qu'il a lui-même joué les deux premiers Batman de Tim Burton ? Que la pièce de théâtre du film est tirée de la nouvelle écrite par Raymond Carver ? Que...

Non, tenter de résumer ce film en quelques mots s'avérait déjà vain, il est tout aussi inutile de dégoiser sur la beauté de la mise en scène et du jeu parfait des acteurs. D'autant qu'il s'agit vraiment d'un film riche qui peut parler à tout le monde. Tellement riche qu'une nouvelle vision ne serait pas superflue. En attendant, depuis ma vision/expérience, je vis avec les images du film dans ma tête. Et vous qui êtes là en train de lire ces lignes, je ne peux qu'une seule chose pour vous. Si ce n'est déjà fait, je vous invite à aller voir illico presto cet incroyable Birdman (étrangement sous-titré : ou (la surprenante vertu de l'ignorance)) ! Vous ne pourrez que me remercier.

note : IV

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Mêmes impressions en ce qui me concerne : le sentiment agréable d'être au théâtre à quelques mètres des acteurs. D'être dans le film ce qui devient rare à cause des effets spéciaux et des nombreux plans de coupe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si là, on se doute qu'il y a aussi des effets spéciaux. Seulement, ils savent se faire discrets.

      A.C.

      Supprimer
  2. Un très beau film, sans doute un peu difficile à appréhender mais je l'ai adoré !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'où ma chronique a minima. Faudrait vraiment le voir plusieurs fois pour vraiment l'appréhender au mieux. Content qu'il t'ait plu !

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire