Spectre

A Mexico, durant la fête des morts, l'agent 007 parvient non sans mal à éliminer un dangereux criminel, Marco Sciaria. Ensuite, il se rend aux obsèques de celui-ci, où il découvre que sa veuve court un grave danger maintenant qu'elle n'est plus protégée par son mari. En effet, l'organisation tentaculaire et ultra-secrète SPECTRE a mis sa tête à prix...

Spectre (2015, 2h28), film américano-britannique de Sam Mendes, avec Daniel Craig, Léa Seydoux, Monica Belucci, Ralph Fiennes, Dave Bautista, Christoph Waltz...

Trois ans après le succès planétaire de Skyfall (avec déjà Sam Mendes derrière la caméra), James Bond revient et c'est toujours Daniel Craig qui lui prête ses traits. D'ailleurs, depuis que l'acteur (blond, quel scandale !) anglais a repris le rôle précédemment tenu par Pierce Brosnan, la franchise a, je trouve, franchi un cap. Elle s'est modernisée, dans le bon sens du terme. Craig a su imposer sa carrure et son allure sportive à un personnage certes mythique (sous sa forme littéraire, James Bond a plus de soixante ans alors que son avatar cinématographique a fêté son cinquantième anniversaire à l'occasion de la sortie de l'opus précédent, vingt-troisième film de la série) mais qui, en entrant dans le nouveau siècle, devait être dépoussiéré (même si cette considération est valable j'imagine pour tous les nouveaux acteurs incarnant l'agent 007). Avec toujours la même recette (des jolies filles (les fameuses James Bond Girls), des paysages exotiques, des hôtels de luxe, des Aston Martin, des vodka-Martini, etc.) reprise de film en film (le spectateur qui regarde un James Bond a besoin de repères, même si ceux-ci ne sont que des clins d'oeil), les producteurs ont su initier une modernisation bienvenue avec le reboot qu'était Casino Royale (2006). 

Comme son nom l'indique, Spectre renoue de façon fort malicieuse avec une organisation extrêmement dangereuse qui serait à l'origine de bien des malheurs du monde, et de tous ceux de Bond. Les inconditionnels de la série seront ravis de retrouver une vieille connaissance, tandis que les nouveaux venus auront l'impression d'entrer dans l'univers bondien par la grande porte.

Que penser de ce vingt-quatrième opus ? Eh bien, que toute personne rétive à l'univers de l'agent 007 aura bien du mal à entrer dans celui-là. Les autres y trouveront leur compte, je pense. Scènes d'action spectaculaires (celle d'ouverture, à Mexico, avec un plan-séquence digne d'un Alfonso Cuaron, est vraiment très réussie) et scènes psychologiques se succèdent harmonieusement, créant un équilibre assez bien vu. On pourra sans doute regretter un scénario pour le moins basique (avec toutes les incohérences qui vont avec) et, au final, un film un peu trop long. Mais ne boudons tout de même pas notre plaisir tant ce film est jouissif (vous aurez compris que je me situe plutôt du côté des amateurs de la saga). On aura plaisir à retrouver Dave Bautista (qui jouait Drax, dans les Gardiens de la Galaxie) dans le rôle de l'indispensable homme de main du grand méchant, homme quasiment indestructible dont Bond aura bien du mal à se défaire.

Bref, si ce Spectre demeure un cran en dessous du très bon Skyfall, il n'en demeure pas moins un très bon divertissement. A recommander, donc.

note : II

A.C. de Haenne



Commentaires

  1. Bond pour les cinquantenaires, c'est Harry Potter qui aurait fait bac + 13 à Poudlard. Le plaisir de tout connaître et d'être reconnu par le portier (ou le physionomiste, selon les références). Critique hélas lucide, mais qui n'entame pas mon enthousiasme inconditionnel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aimer ce film n'a, pour moi, rien d'infâmant. Bien au contraire ! Et le succès au box-office de ce long-métrage (plus encore que le précédent, qui avait déjà battu des records) nous laisse à penser que la saga est loins d'être terminée. A suivre, donc.

      Et je suis très heureux qu'on soit dans le même club.

      A.C.

      Supprimer
  2. Je l'ai bien aimé celui-là, et pourtant les films d'action me barbent en ce moment. Je crois que c'est le côté cliché assumé qui fait passer la pilule (et la très belle scène d'intro aussi ^^).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la scène d'intro est, comme il se doit, spectaculaire !

      "Cliché assumé", cela résume bien le film. Ca entre dans un cahier des charges très strictes. Tous les gadgets (la scène de la voiture, en Italie, est très bien trouvée), les James Bond Girls, etc.

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire