Fahrenheit 451, de Ray Bradbury


451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Comme le fait bien remarquer Jacques Chambon, auteur de la préface de Fahrenheit 451, nous ne brûlons pas, ou du moins plus, de livres à notre époque. Par ailleurs, lorsque Ray Bradbury publia ce livre en 1953, les heures sombres des autodafés étaient passées. Cependant, est-ce à dire que la fin de la Seconde Guerre Mondiale marqua le retour à la liberté d’expression et d’opinion ? Les chasses aux sorcières communistes, et plus largement ce que la postérité nomma la Guerre Froide, nous forcent à répondre par la négative. Or, c’est bien de liberté d’opinion et d’expression intellectuelle, par l’écriture autant que par la lecture, dont il est question ici.

Montag est pompier. Non pas de ceux qui sauvegardent les bâtiments du feu. Lui, il les brûle. Plus précisément, il est chargé en compagnie de la troupe dont il est membre, de nettoyer par les flammes les maisons où des livres ont été repérés. Dans ce futur alternatif, vraisemblablement américain, la lecture d’œuvres intégrales quelles qu’elles soient, est interdite. Ainsi, même un des plus gros bestsellers littéraires est proche de l’extinction : la Bible. C’est par ailleurs amusant quand on voit ce que sont devenus les Etats-Unis…Or une rencontre, furtive, puis une seconde, vont ouvrir des perspectives nouvelles à Montag. Exit les écrans géants faisant office de téléviseurs. Exit les vitesses excessives empêchant d’observer ce qui l’entoure. Exit la compagnie de pompiers destructeurs et bienvenue à la nouvelle prise de conscience, la renaissance. Or, où est ce que cette fuite vers l’avant va-t-elle l’entrainer ?

Fahrenheit 451 traite de ces thèmes. Lire, et écrire, échanger même avec d’autres compagnons de lecture, sont des nécessités tant individuelles qu’intellectuelles. Les lettres permettent de figer des sentiments, des questionnements, des craintes et des angoisses. On peut ouvrir un livre dont l’auteur est mort il y a des siècles, mais y trouver le sentiment qu’il s’adresse à nous. La (re)découverte des livres va ouvrir Montag à une nouvelle naissance intellectuelle. Il deviendra capable de s’opposer, de lutter. Il deviendra doué de réflexions et d’opinions. En ce sens, Fahrenheit 451 est un vrai roman d’apprentissage. Au-delà de ça, Ray Bradbury énonce un avertissement qui résonne encore aujourd'hui : sans avoir accès à la Culture et aux Arts dans leur ensemble le plus hétérogène, comment faire pour connaitre le monde qui nous entoure. Comment savoir l’état dans lequel il est si une institution supérieure filtre ce qu’elle pense contraire à ses intérêts ? Autrement dit, comment s’en sortir, à toutes les échelles, avec la Censure ?

Cependant, malgré ces thèmes qui me passionnent en tant que lecteur, un drôle de sentiment persiste. Je trouve des longueurs gênantes, des répétitions comme si R.B avait voulu ajouter au chaos de Montag, une écriture parfois hésitante. Pourtant, la montée en puissance est de toute beauté, et le final ne manque pas de panache. Scepticisme mêlé à un coup de cœur. Mais malgré tout, le coup de cœur l’emporte.

Note : III
Les Murmures

Commentaires

  1. La honte : je n'ai pas (encore) lu ce grand classique... :(
    Il faut que je répare ça un jour...

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu trop jeune, je pense que je l'apprécierais bien plus aujourd'hui, même si l'idée de base m'avait fasciné à l'époque (et fait froid dans le dos en même temps).

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si tu as des bouquineries par chez toi mais on doit l'avoir pour trois fois rien aujourd'hui. Au même titre qu'un 1984 ou un Brave new world, c'est un des romans d'anticipation qu'il faut lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais j'ai toujours mon exemplaire chez moi (enfin chez mon père en fait xD), me manque juste l'occasion pour le relire tranquillement ^^

      Supprimer
  4. C'est avec tristesse que je viens d'apprendre que Ray Bradbury est mort, hier, à l'âge de 91 ans.

    R.I.P.

    A.C.

    RépondreSupprimer
  5. Greetings! Very useful advice within this post! It's the little changes that make the most important changes. Many thanks for sharing!
    Stop by my website :: define money

    RépondreSupprimer
  6. Hello there! This is kind of off topic but I need some guidance from an established blog.

    Is it hard to set up your own blog? I'm not very techincal but I can figure things out pretty fast. I'm
    thinking about setting up my own but I'm not sure where to begin. Do you have any tips or suggestions? Thank you
    My web-site Full Review

    RépondreSupprimer
  7. Thanks on your marvelous posting! I seriously enjoyed reading it,
    you may be a great author. I will make sure to bookmark your blog and definitely will
    come back sometime soon. I want to encourage you to ultimately continue your great job, have a nice morning!



    Here is my site: peoples quotes

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Le Top Ten de Tous les Temps