lundi 9 janvier 2017

Challenge Lunes d'encre - Dépot des Chroniques

Alors que les inscriptions continuent d'être validées, il est grand temps pour moi de vous permettre de déposer vos chroniques. Oui, je sens que vous trépignez d'impatience derrière vos écrans, les doigts tremblants juste au-dessus de votre clavier. Eh bien, votre torture n'a que assez duré.

Mais pour être valable, une chronique doit comporter quelques éléments qu'il est toujours bon de rappeler (on ne sait jamais).

Outre le fait qu'elle concerne uniquement vos lectures de la collection Lunes d'encre (ou si réédition, la couverture d'origine doit être visible), la chronique doit obligatoirement mettre en évidence un lien vers ce blog et montrer ce (superbe) logo :



A présent que ces petits points de règlements ont été rappelés, vous pouvez déposer vos chroniques :




A.C. de Haenne


P.S. : un grand merci à Hélène (qui se reconnaîtra) pour son aide très précieuse sur ce coup-là. Que ferais-je sans toi ?

vendredi 6 janvier 2017

Le Challenge Lunes d'encre - Les Participants (liste non définitive)

En attendant que je rédige l'article permettant le dépot des chroniques (si vous en avez déjà une de prête, mettez-la de côté, cela ne saurait tarder), voici la liste (non définitive, vu que les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 04/04/2017) des participants à ce challenge. Tous les noms de blog en orange appartiennent aux concurrents dont la participation a été validée parce qu'ils ont rédigé un billet mettant en évidence un lien vers le Challenge :



A.C. de Haenne : Les Murmures d'A.C. de Haenne



Cornwall : La Prophétie des ânes

Guillaume Maréchal : Le Mont des Rêves

Lhisbei : RSF Blog




Lutin 82 : Albedo

Shaya : Les lectures de Shaya





Yogo : Les lectures du Maki


Voilà, en espérant n'avoir oublié personne. Si vous constatez une erreur, n'hésitez surtout pas à me la signaler.

A.C. de Haenne

lundi 2 janvier 2017

Le Challenge Lunes d'encre - Les Paliers

Comme je l'ai déjà dit à l'annonce de ce projet de challenge, l'organisation de celui-ci risque d'être un beau bazar. Eh bien, ce qui a été dit s'avère exact puisque c'est au bout de deux jours que le réglement se voit complété d'un élément essentiel à son bon déroulement. En effet, grâce au questionnement de l'une des participantes (Lune, pour ne pas la citer), relayé par la pression amicale de Cornwall (toujours pour ne pas la citer), j'ai décidé de vous proposer quatre objectifs à atteindre, quatre paliers à franchir. Et, rapidement, l'idée qui m'est venue, c'est d'intituler ces différents niveaux en fonction de l'un des auteurs emblématiques de la collection Lunes d'encre (ben oui, c'est de cela qu'on cause ici, non ?). Et comme il a bien fallu faire un choix, j'ai procédé en mon âme et conscience, choississant quatre écrivains (deux femmes, deux hommes, tous anglo-saxons) qui ont marqué la collection. Et, en fonction de leur productivité (nombre de publications chez Lunes d'encre) respective, cela correspond à chacun des quatre paliers. C'est clair ? Pourquoi vous dites non ? Bon...



Palier Jo Walton (JW) 


il sera franchi 
dès qu'un blogueur
aura chroniqué au moins 
quatre livres
(peu importe lesquels)
de la collection.




 





Palier Mary Gentle (MG)


il sera franchi 
dès qu'un blogueur
aura chroniqué au moins 
six livres
(peu importe lesquels)
de la collection.











Palier Christopher Priest (CP)


il sera franchi 
dès qu'un blogueur
aura chroniqué au moins
neuf livres
(peu importe lesquels)
de la collection.










Palier Robert Charles Wilson (RCW)


il sera franchi 
dès qu'un blogueur
aura chroniqué au moins 
onze livres
(peu importe lesquels)
de la collection.









Voilà, si quelque chose ne vous semble pas très clair, n'hésitez surtout pas à m'en faire part, dans les commentaires. Si tout va bien, celles et ceux qui auront franchi ces paliers se veront gratifiés...

Bonne lecture Lunes d'encre !

A.C. de Haenne

BONNE ANNEE 2017 !




Voilà, tout est dans le titre !

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année !

Que

2017 

vous apporte tout plein de bons bouquins à lire 

et d'excellents films et de séries à voir !




A.C. de Haenne

mardi 27 décembre 2016

Challenge Lunes d'encre

Depuis le temps que cette idée me trottait dans la tête, je vais enfin franchir le pas. Voilà, pour l'année 2017 qui arrive à grands pas, j'ai l'intention d'organiser un challenge. Pas n'impore lequel puisqu'il tournera autour de la collection créée en 1999 par Gilles Dumay pour les éditions Denoël. Vous l'avez compris, c'est de Lunes d'encre que je vous parle ici. C'est peu de dire que j'adore les livres qui y sont publiés (il y a quatre ans, j'avais d'ailleurs déjà pu dire tout le bien que j'en pensais à l'occasion de son treizième anniversaire). Je suis loin d'avoir tout lu, même ceux que j'ai dans ma bibliothèque. Mais ça va être pour moi (et pour tous ceux que ce challenge intéresse) l'occasion de plonger dans tous les univers proposés par Lunes d'encre. A ce jour, ce n'est pas moins de 171 livres publiés dans cette collection (plus deux à paraître prochainement). Le site Noosfere en fait une recension exhaustive que je vous invite chaleureusement à consulter : par ici ! Il y a aussi le site officiel et le blog tenu par le directeur de collection himself !


Comment s'inscrire à ce challenge ?

En laissant un petit commentaire indiquant que vous souhaitez participer. Et en rédigeant un petit article sur votre propre blog indiquant votre intention d'y participer et affichant un lien vers ici. Les inscriptions pour ce challenge sont ouvertes jusqu'au 4 avril 2017.

Qui peut participer ?

Tout le monde, même les non-blogueurs. Il suffit juste de lire du Lunes d'encre ! Les rééditions (en FolioSF pour la plupart) sont bien sûr acceptées, du moment que la précision est clairement faite qu'il en s'agit d'une, et que la couverture originale apparaisse aussi. Pour ceux qui possèdent un blog, ça va quand même être plus simple. Ils devront terminer leur chronique par un lien vers cet article, ainsi que par l'insertion de ce logo :


(image réalisée sur le site Pulp-O-Mizer ; sur une idée originale de Xapur !)

Qu'est-ce qu'on gagne ?

Rien, mis à part ma reconnaissance éternelle (ce qui est déjà beaucoup, non ?). Blague à part, cette partie-là est en train de se définir. Il y a des chances que des nouveautés Lunes d'encre soient à gagner régulièrement. Dans ma bibliothèque, j'ai quelques doubles (état neuf ou presque) que je pourrais céder je pense. Et quelques surprises aussi...

Où déposer ses chroniques ?

C'est en cours...

Quand participer ?

Comme il est très important de mettre des jalons à un tel challenge, j'avais l'idée de le faire courir tout le long de l'année 2017. Donc, les participations seront acceptées du 01/01/2017 au 31/12/2017 !

Je me lance enfin dans le grand bain des challenges. Et si tout ça vous semble un peu, voire beaucoup, bordélique, c'est normal. C'est parce que ça l'est ! Mais il ne faut pas le répéter, je compte sur vous... Donc, régulièrement, je ferai un article pour tenter de récapituler toutes les participations.

Bonnes lectures Lunes d'Encre à toutes et à tous et à très bientôt !

A.C. de Haenne

Logo officiel du Challenge Lunes d'Encre :




dimanche 25 décembre 2016

Kadath : Quatre quêtes oniriques de la cité inconnue, par David Camus, Mélanie Fazi, Raphaël Granier de Cassagnac & Laurent Poujois

Note de l'éditeur :

"Les textes du présent ouvrage ont fait l'objet d'une première publication en 2010 sous la forme de fragments entrelaçant les témoignages des rêveurs et d'encarts dans le beau-livre de la collection Ouroboros de Mnémos, Kadath, le guide de la Citée Inconnue.
Ils ont été revus pour cette nouvelle édition au format roman." 

Quatre nouvelles au sommaire de ce recueil/roman qui rend hommage à Robert Phillips Lovecraft (1890-1937) et à Kadath, la cité onirique qu'il évoque dans une de ses nouvelles, Les Contrées du Rêve. Mêlant allègrement récits écrits à la manière du maître de Providence et notules para-textuels réunis dans des annexes, ce livre plonge son lecteur dans un univers fantastique baigné de folie.

illustration de Nicolas Fructus
I. L'Inédit de Carter 
traduit par David Camus

Où l'on suit HPL faisant son entrée dans Kadath, et les aventures qui s'en suivent. Le personnage nommé HPL revient dans la cité onirique parce qu'on lui a promis une récompense pour avoir aidé les dieux de Kadath. Mais accéder au saint des saints est tout sauf une tâche aisée dans le monde du rêve.
Habillement présentée comme un inédit de Randolph Carter, cette nouvelle est écrite par David Camus, l'un des nouveaux traducteurs de Lovecraft. On lui doit, notamment, et toujours aux éditions Mnémos, la traduction puis la réunion dans un recueil inédit de quelques nouvelles de Lovecraft, Les Montagnes hallucinées et autres récits d'exploration. On peut dire sans se tromper que le monsieur connait son sujet. D'ailleurs, ça se sent, et pas qu'un peu. Très bonne nouvelle.  


II. L'Evangile selon Aliénor
prêché par Mélanie Fazi

Où il nous est contée la vie d'Aliénor dans la cité onirique. Cette nonne française mourra très jeune dans la vie réelle, mais se retrouva enceinte dans le monde des rêves. Cette grossesse perpétuelle fut engendrée par un Dieu, faisant d'Aliénor un personnage très important de Kadath.
S'il est besoin de le rappeler, Mélanie Fazi fait partie des toutes meilleures nouvellistes du genre fantastique en France. Peut-être même la meilleure. Ce récit est là pour le prouver une nouvelle fois, si nécessaire. Époustouflant.

III. Le Kitab du Saigneur
reçu par Laurent Poujois

Où l'on nous narre l'histoire du Saigneur, Seigneur de Lazaret et être immortel. Recueil de fragments de textes qui suivent les hauts-faits d'un être d'exception à travers l'Histoire, et son rapport au monde des rêves.
S'il fait partie de l'"écurie" Mnémos, je découvrais pour ma part Laurent Poujois avec cette nouvelle qui a tous les atours du texte érudit. C'est très malin, même si, personnellement, je me suis parfois demandé ce que j'étais en train de lire et comment je devais le relier à l'entreprise d'ensemble. Une découverte intéressante tout de même.

IV. Le Témoignage de l’Innommé
rêvé par Raphaël Gragnier de Cassagnac

Où l'on découvre l'Innommé faisant la connaissance de tous les autres Hauts-Rêveurs, devenus tous plus ou moins fous.
Depuis quelques années, Raphaël Gragnier de Cassagnac est devenu une grande figure de l'imaginaire hexagonal. C'est lui qui est à l'origine de ce projet fou (encore plus fou quand il était sous sa forme originelle). Lui qui a réuni tous les auteurs de ce recueil. On ne peut que l'en remercier. Cependant, c'est lui aussi qui nous sert le texte le plus léger. Sans être illisible, cette dernière nouvelle est nettement un cran en-dessous des trois autres. Car à trop vouloir raccrocher les wagons au train du projet global, l'auteur perd beaucoup de la force développée par le reste de l'équipe. Dommage, même si c'est loin d'être rédhibitoire.

Annexes

En ce qui concerne les nombreuses annexes qui émaillent ce livre, elles donnent pas mal de renseignements à l'ensemble. Cependant, c'est un peu la fausse bonne idée de ce projet. Parce qu'autant les notules s’inséraient à merveille dans le beau-livre d'origine, car celui-ci était formidablement bien illustré par un Nicolas Fructus toujours aussi inspiré, autant là on peine à comprendre l'intérêt de la chose. A part pour remplir le vide entre les nouvelles et proposer un livre de 250 pages, je ne vois pas trop...

En conclusion, ces quelques bémols ne doivent pas rebuter le lecteur de se précipiter sur ce bouquin (s'il n'a pas déjà le Kadath de 2010, bien sûr). Qu'il soit fan de Lovecraft, ou non, il pourra aisément trouver son bonheur. On regrettera tout de même de ne pas avoir quelques illustrations de Nicolas Fructus à l'intérieur de l'ouvrage, même en basse résolution. Elles nous manquent cruellement.

note : III

A.C. de Haenne

mercredi 21 décembre 2016

Doctor Strange

Le docteur Steven Strange est un chirurgien reconnu par ses pairs, mais aussi très arrogant. Alors qu'il se rend à un dîner organisé en son honneur, où il doit prononcer un discours, il a un terrible accident de voiture. A son réveil à l'hôpital, il se rend compte qu'il a subi de nombreuses opérations, notamment de ses mains. Soutenu par son amie (et ancienne amante) Christine Palmer, il entreprend une douloureuse rééducation. Mais malgré tous ses efforts et ses sacrifices, il se rend vite à l'évidence : il ne pourra jamais retrouver l'usage de ses mains pour redevenir le chirurgien qu'il était. C'est alors qu'il entend parler d'une méthode alternative. Mais pour cela, il doit se rendre au Népal...

Doctor Strange (2016, 2h10), film américain de Scott Derrikson, avec Benedict Cumberbatch, Rachel Mcadams, Chiwetel Ejiofor, Mads Mikkelsen, Tilda Swinton...

Comme vous le savez déjà j'imagine, les studios Marvel (qui appartiennent à Disney) ont entrepris un vaste programme de films pompeusement nommé "Univers cinématographique Marvel", débuté en 2008 avec le premier Iron Man. Nous sommes déjà à la phase III (inaugurée cette année avec Captain America : Civil War) ; celui-ci en est le deuxième long-métrage.

Comme tout ancien ado ayant baigné dans la culture des comics US (via les éditions LUG), je connais forcément le Docteur Strange, créé en 1963 par Steve Ditko. Mais, malheureusement, je n'ai jamais été très attiré par cet univers assez décalé, fait de magie et de pouvoirs mystiques. Mes goûts allaient plus vers des super-héros aux pouvoirs plus facilement compréhensibles, comme Wolverine (qu'on appelait Serval en VF) ou Iron Fist. J'ai conscience à présent d'être vraiment passé à côté de quelque chose et je m'en désole. Mais, heureusement, le film peut très bien se voir sans n'avoir jamais ouvert une seule BD mettant en scène le héros à la cape rouge.

Mais venons-en au film à présent. Réalisé par un illustre inconnu en ce qui me concerne (visiblement, Scott Derrikson était plutôt un habitué des petites productions d'horreur), ce long-métrage reprend quelques bonnes idées de ce qui a fonctionné à droite et à gauche ces derniers temps (un peu d'Inception pour les images spectaculaires, un brin d'humour à la Les Gardiens de la Galaxie, etc.) pour en ressortir quelque chose de plaisant, à défaut d'être très original. Certains plans de l'initiation de Strange valent quand même vraiment le coup d’œil, surtout en 3D (je le dis, même si je ne suis vraiment pas un fan de cette technologie inutile la plupart du temps, cinématographiquement parlant). Derrikson sait mettre en image un scénario assez malin, à défaut d'être transcendant.

En revanche, là où ce film est parfait (du moins à mon goût personnel), c'est au niveau de son casting. Que ce soit pour le rôle titre ou pour tous les personnages plus ou moins secondaires, il n'y a pas une seule faute de goût. Comme à son habitude, Cumberbatch prouve qu'il est un grand acteur, aussi crédible en chirurgien arrogant qu'en magicien à cape. Tilda Swinton prête ses traits androgynes à un personnage tout en ambiguïtés. Et puis, il y a Rachel McAdams, qui est une actrice formidable en plus d'être une femme d'une beauté incroyable.

Voilà, vous avez compris que j'avais pris beaucoup de plaisir à voir ce film qui, sans être révolutionnaire, fait tout de même passer un très bon moment. Je le recommande à tous les fans de l'univers Marvel, mais aussi à tous les autres !

note : III

A.C. de Haenne