Star Wars IV : Un nouvel espoir

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine (très lointaine), le vaisseau de la princesse Leia Organa est arraisonné par les troupes de l'Empire Galactique, qui la soupçonnent d'avoir volé des informations importantes pour le compte de la Rébellion. Fort heureusement, avant de se faire arrêter (et de subir un interrogatoire poussé), la princesse est parvenue à cacher ces informations dans la mémoire d'un droïde, D2-R2, en lui donnant pour mission de retrouver un certain Obi-Wan Kenobi, le dernier espoir des forces du Bien...

Star Wars IV : Un nouvel espoir (1977, 2h01), film américain de George Lucas, avec Harrison Ford, Mark Hamill, Carrie Fisher, David Prowse... 

En 1977 débarquait sur les écrans un film qui allait révolutionner le cinéma mondial, tout du moins au niveau formel, et qui allait donner lieu à ce qui pourrait s'apparenter à une sorte de culte. Ce film, c'est Star Wars (opportunément rebaptisé plus tard en y ajoutant un sous-titre), début d'une longue saga inter-galactique qui fera couler beaucoup d'encre. Réalisé par George Lucas, jeune cinéaste de 33 ans qui avait à l'époque deux films à son actif, ce long-métrage recevra sept oscars, et sera un immense succès public.

Bon, je ne vais pas aller par quatre chemins, ni être d'une originalité folle en disant que j'adore ce film. Et le revoir à l'occasion du défi Summer Star Wars VI m'a permis de le faire découvrir à ma compagne qui a beaucoup ri. Les pisses-froids peuvent très bien arguer que le scénario de ce film n'est pas d'une originalité folle. J'en conviens. Qu'il reprend la plupart des codes (qui a dit clichés ?) de la Fantasy (un jeune orphelin qui vit dans une ferme, qui est appelé à un grand destin et qui rencontre un vieux fou/sage dans une montagne, etc.). Certes. Qui n'a pas peur des grosses ficelles pour faire avancer l'intrigue (il n'y a qu'à penser aux troupes de l'Etoile Noire qui sont censées garder le Faucon Millénaire et qui quittent tous leur poste afin d'aller assister à un combat de sabre-laser entre Dark Vador et Obi-Wan Kenobi. Et des exemples comme celui-ci, il y en a des tonnes). Oui, bien sûr. Qui rend évident les incohérences de la nouvelles saga (Obi-Wan qui ne reconnait pas D2-R2 alors que c'était le droïde qui l'accompagnait lors de ses pérégrinations dans l'épisode II et l'épisode III). OK.

Pourtant, malgré toutes ces petites choses qui pourraient faire de ce film un nanar inter-galactique, c'est vraiment un spectacle réjouissant qui nous projette si loin de chez nous qu'on oublie tout. Et parfois, c'est tout ce qu'on demande à ressentir au cinéma. En le revoyant cette fois-ci (après avoir écouté le super podcast qui détaille à merveille la production de ce film : Splitscreen #7), je me suis dit que ça devait être un sacré choc pour le spectateur de l'époque de voir ce film en salle. Et c'est aussi un spectacle total qui trimballe le spectateur d'un bout à l'autre de la galaxie sans lui laisser le temps de respirer. C'est épique, drôle (Han Solo est parfait) et parfaitement jubilatoire.

Bref, un film qui n'a pas pris une ride et qui se laisse voir une nouvelle fois sans aucun soucis, car on découvre encore des choses. Et lorsque retentit les premières notes (fameuses) du générique de fin signé John Williams (comme toute la B.O.F., bien sûr), c'est peu de dire que l'on attend la suite avec une certaine impatiente. On a passé un tel bon moment qu'on a envie d'y retourner vite.



note : III

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, les ficelles ont beau être énormes, c'est tellement épique et prenant qu'on accroche d'un bout à l'autre, c'est presque magique à ce niveau-là.
    Je rêve de le voir un jour sur grand écran, j'ai vu l'Empire contre-attaque il y a quelques années lors d'un festival et c'était sacrément impressionnant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, moi aussi, la trilogie sur grand écran, ce serait le rêve. Malheureusement, je n'ai eu droit qu'à la nouvelle... Triste je suis !

      A.C.

      Supprimer
    2. C'est pour ça que je n'hésite pas à souffrir devant la Menace fantôme en 3D, histoire qu'ils croient qu'on est intéressé et qu'ils nous ressortent les anciens un jour ^^

      Supprimer
  2. Ah Star Wars (la trilogie originale)...J'ai eu la chance de découvrir les épisodes IV, V et VI sur grand écran en 1997 à l’occasion du XXème anniversaire de la saga, c'était absolument génial ! C'était la première fois que je les voyais et à 13 ans je suis devenu totalement fan (c'est d'ailleurs grâce à cette passion que j'ai découvert le JDR avec la version D6 de Star Wars !). Si ma passion est plus mesurée aujourd'hui (les années, l'esprit critique et la nouvelle trilogie sont passés par là !), ces 3 films restent mythiques, on se laisse emporté à chaque fois...

    RépondreSupprimer
  3. "Si ma passion est plus mesurée aujourd'hui (les années, l'esprit critique et la nouvelle trilogie sont passés par là !)"

    Je ne comprends pas... Ta passion pour la trilogie originale devrait être encore augmentée au vu de la nouvelle trilogie, justement ! ;-)

    A.C.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire