L'épée de Rhiannon (Le grand livre de Mars I), de Leigh Brackett

Dans un futur lointain indéterminé, Matt Carse est un aventurier, quelque part entre l'archéologue et le pilleur de tombe. Il s'est rendu sur Mars à la recherche d'antiques trésors. Alors qu'il prospecte une profonde grotte, il tombe sur une épée qui le projette un million d'années dans le passé...

Datant de 1953, le présent roman a été écrit par l'une des grandes scénaristes d'Hollywood, Leigh Brackett, à qui l'on doit le Grand Sommeil, Rio Bravo, Le Privé, etc. Et puis aussi (et surtout diront les fans de Space Op' cinématographiques), quelques jours avant son décès (en 1978), elle a écrit la première ébauche de scénario de ce que je considère (et de loin) comme le meilleur des six films de la licence Star Wars, à savoir L'Empire Contre-Attaque.

L'épée de Rhiannon est le premier tome d'un cycle se passant sur la fameuse planète rouge, dans un univers futuriste où tout le système solaire a été colonisé (ou peu s'en faut). Seulement, comme le personnage principal, Matt Carse, est rapidement projeté dans un très lointain passé (grâce à un subterfuge scénaristique relevant plus de la Fantasy que de la SF), le lecteur n'a qu'une vision parcellaire de ce Mars du futur. Ensuite, on découvre une planète Mars telle que le Rover Curiosity ne rencontrera jamais : verdoyante, recouverte de mers et d'océans. Bref, une vie incroyable. Seulement voilà, la société martienne est loin d'être apaisée. Peuplée de différentes ethnies humaines (on ne nous explique pas pourquoi, il y a un million d'années, sur Mars, l'Homme était déjà présent), mais aussi d'Hybrides (des êtres mi-hommes, mi-dauphins, ou bien encore des créatures volantes), Mars connait la guerre, l'esclavage, etc. Et Carse dans tout cela se débat pour se sortir de situations toutes plus périlleuses les unes que les autres. Je ne peux trop en dire, de peur de déflorer un peu trop de l'histoire, et de gâcher au futur lecteur les surprises qui s’enchaînent. Dans ce court roman (à peine 200 pages), l'action ne connait pas de temps morts. Ainsi, s'il l'on ne s'arrête pas à certaines facilités de l'histoire, on tient là un très bon roman d'aventure qui a bien passé l'épreuve du temps, surtout qu'il est écrit avec une fort belle plume. 

roman qui s'inscrit dans le défi Summer Star Wars VI


note : II

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Le second tome avec l'arrivée de Stark devrait être meilleur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en plein dedans, et c'est vrai que c'est encore mieux ! On a une vision du futur de Mars qui a un petit côté Mos Eisley Cantina pas piqué des vers. En plus, il est beaucoup plus court, donc je devrais revenir en parler bientôt.

      A.C.

      Supprimer
  2. J'ai toujours été intéressé par les romans de Leigh Brackett se passant sur Mars. Il y a un petit air de John Carter/Princesse de mars non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout à fait ! Mais comme je n'avais que les films comme référence, je n'ai pas voulu en parler dans mon papier. Cependant, juste un petit air...

      A.C.

      Supprimer
  3. J'ai adoré le côté très old school de ces aventures martiennes, c'est rigolo ces fantasy martiennes qu'on écrivait à l'époque quand même :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certains thèmes ont vieilli, clairement, mais l'écriture reste quand même tout à fait lisible !

      A.C.

      Supprimer
  4. C'est la plus grande
    mais aussi au cine avec tous le sgrands films de Hawks,
    JP Dionnet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. J'ai été subjugué par le scénario du "Grand Sommeil". Faut vraiment que je (re)vois Rio Bravo (vu trop petit pour comprendre) !

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire