Pitch Black

Quelque part dans l'espace, une pluie de météoroïdes percute le vaisseau spatial qui transporte une quarantaine de personnes, provoquant de graves avaries. Le pilote sort de l'hibernation, et parvient non sans mal à faire "atterrir" le vaisseau sur une planète inconnue. Les survivants tentent de s'organiser. Outre le pilote, il y a là un dangereux criminel, surveillé de près par le chasseur de primes chargé de le convoyer jusqu'en prison, un Imam et ses trois fils qui vont à la Mecque, Paris, l'antiquaire qui rêve de voir un jour la France, etc. Ils découvrent une base qui a autrefois été habitée, et où s'est produits d'étranges phénomènes. Parce que cette planète possède trois soleils, il y règne un jour perpétuel. Que se passerait-il si la nuit tombait ?

Pitch Black (2000, 1h41), film américain de David Twohy, avec Vin Diesel, Radha Mitchell, Cole Hauser...

Voilà typiquement le genre de film qui pallie un relatif manque de moyens (23 millions de dollars) par un scénario très malin, et une mise en scène qui sait s'adapter au budget alloué. Certes cette histoire d'humains face à des monstres impitoyables et sanguinaires dans l'espace (même si la rencontre se passe ici sur une planète) est loin d'être d'une originalité folle (on pense bien sûr à l'étalon du genre, Alien, et ce n'est pas l'apparition de la créature qui dément cette idée), mais les scénaristes ont été assez intelligents pour faire biffurquer leur histoire dans une toute autre direction que celle qui se déroule sur le Nostromo. Et puis, et c'est assez rare dans le cinéma U.S. pour être signalé, les ficelles ne sont jamais assez grosses pour qu'on imagine à l'avance ce qui va se passer. 

La réalisation aussi nous réserve quelques bonnes surprises. Elle joue sur notre angoisse de l'inconnu par petites touches. Le début, sur la planète, se situe dans un environnement aride, inondé de soleil(s). On suffoque avec les personnages qui tentent de s'organiser pour survivre. Et puis, lorsque le nuit tombe à cause de cette éclipse qui n'arrange pas du tout l'affaire des protagonistes, l'atmosphère du film change du tout au tout. Il fait noir, il pleut, et les monstres attaquent ! Brrrr...


Et c'est avec ce film que l'on va découvrir Vin Diesel. C'est peu de dire que ce long-métrage repose sur les épaules le plus... chauve des USA. Épaules qu'il a plutôt larges, d'ailleurs. Son interprétation de Riddick est assez excellente car il s'agit d'un anti-héros cynique et très laconique. Rôle parfait pour cet acteur à la palette de jeu assez... limitée, pour le moins. On le retrouvera d'ailleurs dans le même rôle, quatre ans plus tard, dans Les Chroniques de Riddick. Ce dernier film valant surtout pour sa surenchère.

Bref, vous l'aurez compris, j'aime beaucoup ce petit film qui atteint parfaitement son objectif, c'est-à-dire nous scotcher à notre canapé tout en nous faisant passer un très bon moment. Et le revoir à l'occasion du défi Summer Star Wars VI fut un vrai régal !


note : III

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Bizarre la mise en page de votre article.
    Sinon ce film est une réussite dans le genre. Les ambiances sont réussies : la lumière aveugle puis la nuit, les volte face des protagonistes.
    Un bon moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit d'un article que j'avais programmé pendant mes (petites) vacances. Malheureusement, le résultat n'est pas celui escompté. Désolé pour le dérangement, je vois ça dès que j'ai le temps...

      A.C.

      Supprimer
  2. Voilà, désolé pour le contre-temps, mais je pense qu'à présent l'article est tout à fait lisible.

    A.C.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai aussi beaucoup aime ce film, qui effectivement ne paye pas de mine mais est très réussi. Comme quoi le budget ne fait pas tout!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais tendance à dire : Bien au contraire !

      A.C.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire