Galaxy Quest - DVD

Jason Nesmith est un acteur raté qui a eu son heure de gloire grâce à une série télévisée terminée... depuis 20 ans ! Lui et ses collègues de la série, qui le détestent cordialement à cause de son égocentrisme, courent après le cachet en participant à des conventions, ou des inaugurations de supermarchés. Alors, quand les Thermiens, peuple extra-terrestres qui prennent les épisodes de la série pour des documents historiques, viennent le chercher pour qu'il les aide à chasser le terrible Général Sarris, Nesmith croit qu'on l'invite à participer à un show télévisé... 

Galaxy Quest (1999, 1h41), film américain de Sean Parisot, avec Tim Allen, Sigourney Weaver, Alan Rickman, Sam Rockwell...

Oh que j'aime ce film ! Et il fallait bien une occasion comme le défi Summer Star Wars VI pour que je le trouve (en location) et que je le revoie avec une jubilation digne d'un matin de Noêl pour un enfant (j'exagère à peine).

Tout d'abord, il y a ces répliques cultes, qu'on ne cesse ensuite de se répéter. Les plus connues sont bien sûr : "Never give up, never surrender !", ou "By Grabthar's Hammer, by the sons of Warvan, you shall be avenged !" Ce sont les répliques de la série télévisée qui fait l'objet d'un culte par les fans des conventions, qui sont bien sûr une parodie de celles de Star Trek, très répandues aux Etats-Unis. Ces répliques disent beaucoup sur le film, et la série qui en est le reflet déformant. Les acteurs qui jouent dans cette série sont tous différents, et ont parfois entre eux certains antagonismes. Pour ne citer que lui, le génial Alan Rickman joue Alexander Dane, l'acteur shakespearien qui interprète le Pr Lazarus, un génie extraterrestre. Malheureusement pour lui, 20 ans après la fin de la série, il ne supporte plus ce rôle, et cette réplique à coucher dehors. Il en veut d'ailleurs beaucoup à Nesmith qui, en jouant le capitaine, avait toujours le beau rôle - et la réplique de la mort ! C'est un ressort de comédie assez génial. Et rien que cet exemple reflète parfaitement un casting aux petits oignons.

Ne cachant rien des petits travers de chaque personnage (les roulades du capitaine lors des expéditions, le personnage interprété par Sigourney Weaver qui n'existe que parce qu'elle est la seule que l'ordinateur de bord écoute, et qu'elle répète tout ce qu'il dit, l'angoisse du second rôle magnifiée par un Sam Rockwell formidable, etc.), ils nous sont tous très attachants.

La réalisation n'en est pas en reste. Avec un budget assez modeste, elle arrive à nous faire croire aux aventures rocambolesques de nos acteurs de seconde zone en vadrouille. La scène où le vaisseau quitte l'astro-port est de toute beauté. En plus de provoquer chez moi une grande hilarité. Il serait vain de tenter de faire une liste de toutes les bonnes trouvailles de réalisation. Et puisqu'il s'agit d'un film comique, c'est bien sûr le résultat final qui compte : nous faire rire !

Malgré quelques petites facilités (l'inopiné échange d'intercom (traduit en tom-tom dans le sous-titrage, on croit rêver !) permet de contacter le fan vers la fin du film afin qu'il aide nos héros à s'en sortir (malgré l’impossibilité scientifique de la chose)), le scénario est formidable et joue bien avec les codes du genre. Là encore, le côté parodique nous aide à faire passer la pilule. L'histoire brasse beaucoup de thèmes à la fois, de façon assez remarquable.

Bref, un casting quatre étoiles, des répliques cultes, une cascade de rire et des vues dans l'espace assez bluffantes font de ce film un petit bijou d'humour, mais aussi de Space Opera, puisqu'il s'agit avant tout de cela.



note : IV

A.C. de Haenne



Commentaires

  1. Bon faut que je l'emprunte à quelque part :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un petit bijou ! Et si tu ne l'as pas déjà vu, tu as de la chance, tu vas découvrir un sacré film !

      A.C.

      Supprimer
  2. Euh, je n'ai pas compris l'impossibilité scientifique... Laquelle ?

    Sinon, j'adooooore ce film, découvert par hasard lors d'une séance de zapping, et que j'ai tellement apprécié que je l'ai eu deux fois à mon anniversaire. ^^ J'ai dû vraiment trop tanner mes amis à ce sujet. ^^ Ma scène préférée reste celle de l'arrivée du tech à bord du vaisseau spatial, bien après ses collègues. Je n'en dirai pas plus. Je suis morte de rire à chaque fois que je la vois. Enfin, je dis scène préférée mais le temps de la décrire, plein d'autres me viennent en tête. ^^ A voir, revoir et re revoir ! C'est que du bon !!! Et les scènes coupées du bonus sont pas mal non plus. ^^ Ca se voit que je suis fan, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La communication instantanée entre Nesmith et le geek qui le guide dans le labyrinthe du vaisseau est impossible d'un point de vue scientifique. Rien que la lumière de notre Soleil met 8 minutes à nous parvenir... Mais ce n'est pas très grave, ça n'empêche pas de passer un très bon moment, et de rire beaucoup !

      A.C.

      Supprimer
    2. Parce que passer par un trou noir n'est pas une impossibilité scientifique ? :p

      Supprimer
    3. Pour le moment, pour le moment... Peut-être trouvera-t-on un jour le moyen de le faire. Mais tu conviendras qu'il sera toujours difficile de trouver le moyen de faire des communications instantanées avec d'aussi grandes distances...

      A.C.

      Supprimer
    4. Je conviendrai que si on parvient à trouver un moyen d'utiliser les trous noirs comme passage au travers de l'espace-temps, on trouvera peut-être des moyens de communiquer instantanément sur de grandes distances. L'un ne me choque pas plus que l'autre.

      Supprimer
    5. Tu as sûrement raison. Je ne suis pas astrophysicien (et ne risque pas de le devenir... ;-)), et j'ai une connaissance assez parcellaire des trous noirs, donc je te fais confiance. En revanche, en ce qui concerne les communications instantanées, surtout avec de telles longues distances, mes connaissances scientifiques (limitées, mais non réduites à zéro) me permettent de dire sans trop m'avancer que va falloir que la technologie fasse un sacré bon en avant ! Enfin, tout cela pour dire que ce n'est pas un film scientifiquement rigoureux, et qu'on s'en fiche un peu car le but de ce film est de nous faire rire. Et à ce niveau-là, il est réussi !

      A.C.

      Supprimer
    6. Si on arrive à déplacer un vaisseau spatial et ses occupants au delà de la vitesse de la lumière, comme ça semble le cas dans le film, il me semble que les communications à cette même vitesse ne devrait pas poser de problème. :)

      Et tu as tout à fait raison de dire que ce n'est pas grave que ce film ne soit pas scientifiquement rigoureux. D'ailleurs, Star Trek ne l'était pas non plus. :)

      Supprimer
    7. Et Star Wars encore moins (cf le petit guide de R. Lehoucq, futur président des Utopiales, "Faisons de la science avec Star Wars), mais ça nous empêche pas de les aimer.

      Dans l'absolu, on peut faire voyager des particules, du moment qu'elles n'ont pas de masse, comme les photons (et, théoriquement, les neutrinos). Mais même à la vitesse de le lumière, un photon met 8 minutes pour nous parvenir. Il lui faut 4,22 années-lumière pour franchir la distance entre Alpha du Centaure et la Terre. Quelle vitesse au-delà de la vitesse de la lumière faut-il parvenir à envoyer les ondes (peut-on le faire ?) pour que la transmission devienne instantanée ? J'avoue ne pas savoir, et ne suis pas sûr de pouvoir me lancer dans le calcul...

      A.C.

      Supprimer
  3. Un petit bijou, ce film...dommage qu'il n'ait pas connu en salles le succès qu'il méritait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi-même je ne l'ai découvert qu'en vidéo (VHS, à l'époque...).

      A.C.

      Supprimer
  4. j'ai aussi eut un immense plaisir à le revoir, au ciné en plus et sous titré, lors du festival sf à Lyon. En plus une ambiance geek entre fans qui lancent les répliques à voix hautes, bref, que du bonheur !
    Sinon ce que j'adore dans ce film c'est qu'il est à la fois une excellente parodie de star trek (et plus du connais ST plus tu en profites, par exemple la scène dans le dock ou le red shirt), tout en pouvant se voir pour lui même, parce que c'est aussi un excellent space op avec ses propres créatures originales et son univers (la gelée pour voyager par exemple, quelle idée délirante !).

    OMG tu me donnes envie de le revoir ! J'adore aussi quand il fait ses roulades ridicules. Et j'ai tilté une référence au film Stargate la dernière fois que je l'ai revu (j'étais trop folle^^) : la bêbête baveuse qui lui lèche le visage pour le réveiller !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance de l'avoir vu au ciné ! Visiblement, ce film n'a pas été beaucoup vu lors de sa sortie, n'est pas forcément très connu, mais possède toute une cohorte de fans (dont je fais partie) qui lui voue une sorte de culte.
      Moi, les référence à ST et SG me dépassent un peu, étant plus SW ou SST !

      A.C.

      Supprimer
    2. ah zut j'ai buté sur la dernière initiale XD
      SST ?! Ahhhhhhhh *tilt* starship troopers ?

      Oui au ciné c'était le pied. Mais t'es pas dans la région lyonnaise toi aussi (gros doute d'un coup) ? Je sais pas ce qu'ils vont diffuser l'an prochain mais ils devraient remettre ça.

      Supprimer
    3. Pas du tout sur Lyon. Plutôt dans les Pyrénées...

      C'est cool d'avoir un ciné qui programme les bons "classiques" tels que ceux-là !

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire