Kaena, la prophétie

Sur Axis, l'arbre-monde qui supporte la vie des êtres humains qui, pour satisfaire le Dieux (et éviter ainsi leur colère), doivent récolter sur l'arbre une sève nourricière. Malheureusement pour eux, chaque fois qu'ils font don de cette sève vitale, ils s'en privent et précipite un peu plus leur fin. Seule Kaena, bravant la volonté du grand prêtre, cherche à comprendre ce qu'il y a au-delà des nuages qui semblent marquer les limites de leur monde...

Kaena, la prophétie (2003, 1h28), film franco-canadien de Chris Delaporte et Pascal Pinon, avec les voix françaises/anglaises de Cécile de France/Kirsten Dunst, Victoria Abril/Angelica Huston, Michael Lonsdale/Richard Harris...

Considéré comme le premier film français réalisé en 3D (images en trois dimensions, et non le pseudo-relief qu'on nous vend depuis quelques années), Kaena débute par un plan-séquence dans l'espace où un vaisseau spatial explose, et qu'un seul survivant se retrouve sur une planète inconnu. Et dès le départ on se dit qu'il va falloir se faire à ces images qu'on dirait tout droit sortie d'un jeu vidéo. C'est un peu froid, sombre, et pas toujours très clair. Ensuite, on fait la connaissance de Kaena, et là encore il faut parvenir à se faire violence pour accepter la froideur des images. Je vous rassure, on finit par s'y faire.

Ecrit par deux personnes (le réalisateur et Tarik Hamdine, aidés par Pierre Bordage) le scénario nous présente tout d'abord une histoire assez convenue de monde fantasy comme on l'a déjà vu ailleurs. Seulement, avec un e explosion dans l'espace en forme de prologue, on se doute que l'histoire va rapidement dévier vers une histoire à forte connotation science-fictionnesque. La rencontre entre Kaena et le personnage-survivant du tout début est d'ailleurs l'une des plus belles scènes du film.

Comme le film est porté par une jeune fille à fort caractère, il fallait absolument une actrice comme Cécile de France pour lui prêter sa voix. C'est une grande réussite.

Fort d'un budget de 14,5 millions d'€ (à titre de comparaison, un long-métrage d'animation comme Le monde de Nemo, sorti la même année, a droit à un budget dix fois plus important, publicité comprise), ce film francophone a le mérite d'exister, malgré ses défauts. Contrairement à des films comme ceux produits par Pixar depuis quinze ans, il manque peut-être un double niveau de lecture. A réserver aux enfants, peut-être. C'est d'ailleurs à l'occasion du défi Summer Star Wars VI que je l'ai revu, le faisant ainsi découvrir à ma fille.

A signaler qu'une novellisation a été produite par Pierre Bordage, parue chez Mango, dans la collection Autres Mondes.


note : II

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. C'est bien que tu en parles, je l'ai vu il y a quelques années (on m'a offert le DVD), mais je n'en ai aucun souvenir. C'est presque inquiétant xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le genre de films qui laissent des souvenirs impérissables... Malgré ses gros défauts, il a quand même le mérite d'exister.

      A.C.

      Supprimer
  2. j'ai à le voir depuis un bail. Ben ce sera l'occasion ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu pourras revenir par ici pour dire ce que tu en as pensé. Sympas tes commentaires !

      A.C.

      Supprimer
    2. de rien ^^ On sait bien que ça fait plaisir quand on blog aussi, et puis j'aime papoter ^^

      j'ai mis cet article dans ma liste perso de "chroniques à venir", donc en théorie je te linkerais si j'écris un truc dessus. Et j'irai peut être jusqu'à venir faire un coucou si j'y pense XD

      Supprimer
  3. me revoilà, je l'ai donc vu et je viens en dire ce que j'en pense ^^
    Je ne sais plus ta notation sur combien elle est, dans mon cas ce film a juste la moyenne avec un 2,5/5. Comme tu l'as dit le style visuelle est très jeu video (ça m'a beaucoup rappelé "the longest journey") et ça manque d'un deuxième niveau : c'est surtout visible sur les dialogues très creux et peu nombreux. Après globalement ça se regarde, y'a des pistes originales /oniriques mais elles auraient pu être mieux exploitées, et au final j'ai trouvé que ça partait trop en n'importe quoi et que ça laissait des questions sans réponses(le peuple de la sève existait il avant l'explosion du vaisseau ? etc).
    Bref ça m'a fait un peu le même effet que le jeu en question, un peu trop halluciné mais onirique.

    Sinon j'ai eu du mal avec les transitions abruptes entres les scènes (le découpage est quand même mal fichu), j'ai aimé la façon dont Kaena se déplace et le design du peuple de la sève, et j'ai trouvé assez étrange pour un film "pour enfant" la culotte/string très chaud de l’héroïne au début (après les tenues sont plutôt cool)!

    (désolé si ma critique est décousues, ce sont des notes prises lorsque j'ai vu le film y'a quelques semaines "-_-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire