Starship Troopers

S'il veut devenir citoyen de la Fédération, Johnny Rico n'a pas d'autres choix que de s'engager dans l'armée afin d'effectuer son service fédéral. Il se retrouve alors dans l'Infanterie, où il subit un entrainement extrêmement difficile. Mais alors qu'à la suite d'une punition administrative (où il reçoit dix coups de fouets) il décide de quitter l'armée, une attaque extraterrestre détruit une partie de la Terre, la Fédération terrienne entre en guerre. Rico décide donc de revenir sur sa décision...

Starship Troopers (1997, 2h09), film américain de Paul Verhoeven, avec Casper Van Dien, Dina Meyer, Denise Richards, Michael Ironside...

Librement adapté d'un roman de Robert A. Heilein (écrit en 1959 et que l'on connait par chez nous sous le curieux titre de Etoiles, gardes-à-vous !), le film de Paul Verhoeven est donc un des meilleurs films de space opera jamais tourné. Seulement, contrairement au roman (chronique à venir), ce n'est pas un  (Johnny Rico) mais bien deux (sans compter Carl qu'on ne voit pas beaucoup, même si son entrée dans le renseignement scientifique est capitale pour la résolution de l'intrigue) personnages que le scénariste Ed Neumeier nous propose de suivre : Rico, donc, qui, comme dans le roman, suit une difficile formation dans l'infanterie, et Carmen Ibanez qui devient un pilote émérite. Cela complexifie peut-être quelque peu l'intrigue, et nous permet surtout d'apprécier de bons moments de pilotage de vaisseau spatial (dont une scène mémorable de sortie d'astroport qui n'est pas sans rappeler celle, hilarante, de Galaxy Quest).

Durant toute sa période hollywoodienne (années 80 et 90), le cinéma du réalisateur néerlandais connait deux faces : celle de films sexy et celle qui nous intéresse un peu plus, c'est-à-dire la SF. Après RoboCop et Total Recall, Verhoeven s'est lancé dans le projet ambitieux, et tout de même assez casse-gueule du space op'. Là où les fans du genre l'attendaient au tournant, ce sont bien les tenants d'un cinéma classique qui lui sont tombés sur le rable, le traitant carrément de fasciste. Pourtant, une lecture au second degré de ce film montre à quel point il est tout sauf cela. Bien au contraire, par son choix d'acteurs tous plus beaux les uns que les autres (issus des grandes séries télévisées de l'époque), Verhoeven prend un malin plaisir à ne pas les mettre en valeur, à les faire souffrir (jusqu'à la mort pour certains). On ne peut pas dire que ce soit un film militariste (peut-être contrairement au roman ; mais comme je ne l'ai pas encore fini, je ne peux pas l'affirmer). Bien au contraire. 

Ce qui me plait le plus dans ce film, ce sont les créatures arachnides qui sont tout simplement extraordinaires. D'un point de vue cinématographique, déjà. Visuellement, elles n'ont pas pris une ride. Je ne sais pas comment elles ont été créées (je crois que je vais me lancer dans le visionnage des bonus très bientôt), mais elles sont, même quinze ans après leur création, toujours aussi efficaces à l'écran. Et puis, rien qu'en tant que créatures, elles sont magnifiquement trouvées. La scènes où, menées par le personnage interprété par le trop rare Michael Ironside (quel plaisir de le retrouver ici !), les troupes se retrouvent piégées, submergées par cette horde innombrable, elles ont un comportement digne de nos insectes à nous (fourmis en tête), mais nettement plus efficaces (et dangereuses). 

Il y aurait tant à dire sur ce film qu'une seule chronique n'y suffirait pas. Bref, vous l'avez compris, j'aime beaucoup ce film, à tort mal considéré. Le revoir à l'occasion du défi Summer Star Wars VI fut un véritable régal. Des films comme ça se font trop rares de nos jours...



note : III

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Va vraiment que j'économise pour prendre un abonnemment DVD dans ma bibliothèque et rattraper mon retard en films de SF...
    (mais comme faut que je lise le livre avant, j'ai de la marge :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que c'est toujours mieux de lire le roman avant de voir l’adaptation ciné qui en est faite, mais comme c'est assez libre, ça ne te gâchera pas trop ta lecture. Et s'ils ont Starship Troopers à ta BM, franchement, oui, il faut que tu prennes un abonnement !

      A.C.

      Supprimer
  2. Verhoeven est vraiment bon. J'ai encore en mémoire les actualités télévisées au début de Robocop

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Actualités TV qu'il reprend ici : "Do you want to know more ?" C'est une petite astuce de réalisation qui fait sa patte. J'ai un doute, soudain. Y'en a-t-il aussi dans Total Recall ?

      A.C.

      Supprimer
  3. Bonjour, bien que n'étant pas très fan de ce genre de film, je peux malgré tout confirmer que c'est un très grand film antimilitariste. Je l'ai trouvé remarquable de bout en bout, c'est parfois drôle et surtout très noir. Je ne suis pas près d'oublier la façon dont la grosse araignée perce le cerveau des humains pour aspirer leur cerveau: cela m'a traumatisée. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et as-tu lu le roman ? Parce que c'est vraiment impressionnant comment Paul Verhoeven a su transformer l'oeuvre de Heinlein, franchement militariste, pour se l'approprier et inverser le propos de l'auteur américain. J'aimais beaucoup Starship Troopers avant d'avoir lu le roman, j'aime encore plus ce film depuis que je l'ai lu.

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire