La saga Vorkosigan, de Lois McMaster Bujold Intégrale 1, Chute libre



La saga Vorkosigan compte aujourd’hui 19 romans. Le cycle n’a pas été écrit dans l’ordre chronologique, et Chute libre qui se déroule deux cent ans avant l’arrivée du héros principal semble être un roman à part dans l’histoire. Outre le fait que cette lecture et ma chronique ont été réalisées dans le cadre du Summer Star Wars. C’était aussi pour moi l’occasion de découvrir Lois McMaster Bujold, car je n’avais encore rien lu de cette auteure. 

Spécialiste de la soudure en milieu spatial, Leo Graf est recruté par l’entreprise Galac Tech pour former les employés d’une station orbitale. Lorsqu’il  arrive sur place, il découvre les Quaddies. Ces êtres génétiquement modifiés qui possèdent une deuxième paire de bras à la place des jambes, afin de travailler plus vite et de manière plus efficace en apesanteur, sont considérés par Galac Tech comme des outils. Ils  n’ont aucun droit. Leur reproduction est contrôlée. De plus, il leur est formellement interdit d’avoir accès à la culture des humains. Ni films, ni livres qui pourraient  les amener à penser qu’ils sont autre chose que des machines. La manière dont sont traités les Quaddies met Léo très mal à l’aise et lui  pose un gros problème de conscience. Alors, lorsqu’une nouvelle technique de gravité artificielle les rend obsolète, il décide de prendre leur partie et de les aider à se libérer de Galac Tech. Surtout que l’entreprise, prévoit un plan de restructuration sans pitié et très rapide...

Bonne pioche ! Ma première rencontre avec Lois McMaster Bujold est une réussite. J’ai beaucoup aimé Chute libre même si je lui ai trouvé quelques défauts (mais qui n’en a pas, hein ?). Tout d’abord le style est simple et permet de rentrer dans l’histoire sans difficulté. L’univers décrit par l’auteur est bien construit, et reste crédible même si le roman date un peu (il a été publié en 1988). De plus, le livre possède une dimension sociale et politique qui n’est pas pour me déplaire. Galac Tech est une grosse machine qui ne pense qu’à faire du profit et cela sans aucun scrupule. Si ce n’était pas un space opera on pourrait presque parler de roman d’anticipation tant la ressemblance avec certaines entreprises de notre époque est flagrante. Bref,  passons.
 
Pour ce qui est des défauts, j’ai trouvé les personnages un peu trop manichéens. On frôle même parfois la caricature. Pareil pour l’histoire qui, à mon goût, manque un peu de nuance, et laisse à penser que quoi qu’il arrive, les gentils gagnent toujours à la fin. Si seulement ça pouvait être vrai….

L’univers et le style de Lois McMaster Bujold m’ont séduit. Je vais donc continuer ma lecture de cette saga. Et je reparlerais prochainement des deux autres romans de cette intégrale 1, L’honneur de Cordelia et Barrayar . 





JMG

Commentaires

  1. Souvent entendu parler de ce livre, notamment à la Salle 101, plutôt en bien. Confirmé par ce que tu dis là !

    A.C.

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, une belle découverte. Je me demande juste si toute la saga tient la route(19 romans tout de même !)

    Je termine Etoile Mourante, et j'y retourne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 19 ? Ah oui, quand même !

      Etoile Mourante, c'est d'Ayerdhal et Dunyach, c'est ça ?

      A.C.

      Supprimer
    2. Oui, c'est bien ça. Encore un très bon bouquin

      Supprimer
    3. Je l'ai commencé ! Faut vraiment que je trouve le temps de le terminer...

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire