Fondation (Foundation), par Isaac Asimov

Nous sommes au début du treizième siècle et l'Empire pan-galactique n'a jamais été aussi étendu. Pourtant, un homme, le professeur Hari Seldon, invente la psychohistoire qui permet de prédire l'avenir. Grâce à cette science, il estime que l’effondrement de l'empire se fera dans moins de cinq siècles, effondrement qui sera suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Mais lorsqu'il met en garde les autorités de Trantor, la planète-capitale, on lui fait un procès, à l'issu duquel il est poussé à l'exil, à l'autre bout de l'Empire. C'est donc sur Terminus qu'il commence à mettre en place son projet, la Fondation...

illustration d'après photo : Hiroshi Yagi
Oeuvre fondatrice s'il en est (oui, j'ai eu du mal à résister), ce roman d'Isaac Asimov (dont c'est ici le premier livre que je lis) est en fait plus un fix up de nouvelles liées par un univers global et une idée forte, la psychohistoire. Cette "science" capable de prévoir des faits généraux qui ont de fortes chances de se produire dans le futur, nombreux sont ceux qui en rêvent. Pourtant, lorsque le professeur Seldon alerte les autorités politiques et administratives de Trantor, c'est peu de dire qu'on lui met des bâtons dans les roues. 

Fondation est une référence à plus d'un titre. C'est à la fois l'oeuvre (composé de deux cycles de, respectivement, trois et deux romans chacun, avec une préquelle de deux autres romans) la plus connue (à égalité bien sûr avec son autre cycle célèbre, Les Robots) d'Asimov, bien sûr, mais aussi peut-être de ce qu'on appelle l'Âge d'Or de la Science-Fiction. C'est un exemple parfait de ce qu'on nomme le space opera parce qu'il décrit un empire galactique dans toute son immensité. D'ailleurs, il est de notoriété publique que le romancier s'est fortement inspiré de l'Empire Romain pour créer le sien. Car, après des siècles fastueux, l'Empire Romain d'Occident a lentement sombré dans une période ténébreuse dont il ne s'est pas relevé.

Même si on pourrait reprocher à Asimov de préférer les aspects politiques de son histoire du futur, au détriment de l'action (tout de même, ça manque de batailles spatiales), pour ma part ça ne m'a pas trop gêné. Mais un bémol tout de même : ce Fondation manque cruellement de personnages féminins. Il faut attendre la page 180 (sur 250 !) pour voir une femme avec un dialogue. Mais voilà, il s'agit d'une harpie dont voudrait bien se débarrasser son mari ! 

Au final, j'ai tout de même passé un très bon moment avec ce roman qui fait partie des grands classiques de la SF, de ceux qu'il me tardait vraiment de rattraper. Voici qui est fait et c'est peu de dire que je ne regrette pas mon voyage. Intersidéral, bien sûr !

Voyage réalisé à l'occasion de deux challenges : le Morwenna's list et le Summer Star Wars II






Fondation (Foundation) - Gallimard Folio SF - traduction de Jean Rosenthal - 256 pages - 5€ - D.L. : février 2008


note : III

A.C. de Haenne

Commentaires

  1. Tellement fondateur que je ne l'ai que commencé il y de longues années de ça... Jamais repris depuis, mais je suis sûr que, connaissant Asimov, ça se lit encore très bien de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça se lit très bien ! Mais tu auras sûrement l'occasion de le lire en entier un jour...

      A.C.

      Supprimer
  2. Salutations asimoviennes !

    Si tu envisages de poursuivre la lecture du cycle, je te conseille de lire d'abord les romans & nouvelles ayant trait aux Robots. Tu goûteras ainsi à sa juste saveur l'énorme révélation qui conclue l'ultime tome ("Terre & Fondation") et remet en perspective tout ce qui précède.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon ? Je ne peux vraiment pas finir les trois tomes de la première série de Fondation ?

      (Welcome back, Scifictif !)

      A.C.

      Supprimer
  3. Asimov a rédigé les 2 derniers tomes 30 ans après les 3 premiers mais Il n'y a pas, à proprement parler, de 1ère ou de 2ème série.
    Sans trop spoiler (?), apparait à la fin de "Terre & Fondation" un personnage récurrent de la série des Robots. Si tu es familier de ce personnage, des aventures qu'il a vécu et des problématiques liées à la coexistence homme/robot développées dans ledit cycle, la fin du cycle de Fondation prendra une toute autre ampleur (et saveur).
    Il a été reproché à Asimov d'avoir, sur le tard, artificiellement jeté un pont entre ses deux cycles phares mais pour ma part, ce rapprochement inattendu a été mon premier grand frisson de lecteur de sf.

    Tu peux t'enquiller les 3 premiers tomes sans problème, mais pour la suite, franchement, n'hésite pas à faire escale chez les Robots, histoire de ne pas te priver de ce plaisir là (même si mon spoiler t'ôte toute surprise - gloups !)

    Ah et merci pour le réaccueil.
    (même si je n'étais pas parti - juste discret)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ces précisions, qui me sont précieuses !

      Discret, mais attentif, c'est tout à ton honneur. Content en tout cas de pouvoir de nouveau dialoguer avec toi.

      A.C.

      Supprimer
  4. J'en suis toujours au 1er volume, faudrait que je pense à attaquer la suite (sauf que j'ai presque tout oublié ><)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça risque de revenir vite, je pense. On pourrait le lire conjointement, ce deuxième... ;-)

      A.C.

      Supprimer

Publier un commentaire