Les Nouveaux Héros

Dans la ville futuriste de San Fransokyo, le jeune Hiro, orphelin de père et de mère, vit avec sa tante et son frère aîné Tadashi. Alors que ce dernier fait de brillantes études de robotique à l'université, lui préfère mettre son génie dans sa passion, le combat clandestin entre robots. Mais à l'issue d'un de ces combats où son petit robot est sorti victorieux, Hiro va passer un sale quart d'heure. Le perdant n'a pas apprécié de se faire rouler par un gosse de quatorze ans et veut récupérer son argent. Heureusement pour Hiro, Tadashi arrive juste à temps pour le sortir de ce mauvais pas. Il l'emmène ensuite à l'université pour qu'il comprenne vraiment l'importance de faire des études. C'est là qu'Hiro découvre enfin sur quoi son frère travaille...

Big Hero 6 (2014, 1h42), film américain de Don Hall et Chris Williams, avec (casting voix) Ryan Potter, Scott Adsit, T.J. Miller, James Cromwell, Stan Lee...

Énième adaptation d'un comics de l'univers Marvel (c'est facile à présent que la boîte appartient au groupe Disney), celle-ci se distingue par le fait qu'elle est plus destinée au enfants (accompagnés, of course !) qu'aux adolescents et aux jeunes adultes. Pour être franc, je découvrais pour l'occasion ce Big Hero 6 qui donne seulement la base (seulement les personnages) à cette histoire originale. Une autre originalité réside dans le fait qu'au cinéma, rares sont les adaptations de comics qui se font en film d'animation (c'est d'ailleurs la première fois que le groupe Disney pioche directement dans le catalogue Marvel, qu'il a racheté en 2009).

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les productions Disney ont bien évolué. En effet, ici, il n'est plus question de chansons. Je ne sais pas si c'est une tendance qui est appelée à se pérenniser dans les prochaines productions, mais en tout cas, pour ma part, je ne les regrette pas.

En ce qui concerne le film lui-même, il y aurait bien des choses à dire. Tout d'abord, que le lieu créé pour animer ces personnages hauts en couleur est assez original. En effet, il s'agit d'une hybridation entre San Francisco et Tokyo. Mais attention, il n'est pas question ici d'une uchronie telle que Philip K. Dick a pu en imaginer dans son Maître du Haut Château, où la Californie avait des petits airs de Japon. Non, là, il s'agit plutôt d'une réalité alternative à la nôtre, sans point de divergence, mais plutôt un futur issu d'une autre Terre. Bon, ce ne sont là que des extrapolations car jamais aucune explication ne nous est donné. Une interprétation de cette hybridation serait que les producteurs ont voulu raccrocher le monde des mangas à celui des comics afin d'augmenter la taille du public visé... Mais ce n'est qu'une interprétation bien sûr ! [petit rectificatif : ce film est bien une uchronie, l'explication est par ici] 

Sur la base d'un "héros" (le jeune garçon s'appelle Hiro, et héros se dit hero (prononcez hiro) en anglais) assez convenu (un jeune prodige orphelin, ça ne vous rappelle rien ?), les réalisateurs ont su développer une histoire assez formidable qui mêle une réflexion sur le deuil, sur l'importance de l'amitié, la fraternité, etc. Et même si on rit beaucoup (c'est avant tout une comédie familiale), on a droit aussi à de jolis passages qui savent nous tirer les larmes. 

Mais la plus grande réussite de ce film est très certainement le robot construit par le frère de Hiro. En effet, Baymax (dont la voix française appartient à Kyan Khojandi) se trouve à mille lieues de la vision habituelle du robot familier (du moins au départ). Avec son programme médical, il est là pour soulager la souffrance du jeune garçon. Et il le fera, jusqu'au bout...

Bref. Comme vous vous en doutez après avoir lu cette chronique, j'ai beaucoup aimé ce film (j'avais emmené pour l'occasion mon fils de cinq ans qui a aussi adoré !). Et je ne pensais pas qu'une production Disney soulèverait un jour chez moi autant d'enthousiasme. Certes j'avais beaucoup aimé Rox et Rouky, mais j'avais dix ans quand je l'ai vu au cinéma. Là, j'ai 42 et je ne pensais pas... Enfin, vous avez compris. La seule question que je me pose concerne le public visé par ce long-métrage. Les garçons, c'est clair et c'est sans restrictions. Mais les filles ? Je ne sais pas, vu que je n'ai pas encore eu de retours de la gent féminine, version petit modèle.


Au final, nous avons droit ici à un excellent feel good movie, comme disent nos amis les Américains. Assurément, oui, un film qui fait du bien, tout comme Baymax.

note : III

A.C. de Haenne



Commentaires

  1. Un très bon Disney oui !

    Pour les petites filles, ça fonctionne moins bien, la fille d'un couple d'amis a dit qu'il n'y avait pas assez de filles dans le film (on est loin de la Reine des Neiges, c'est sûr...). Et c'est vrai que l'histoire, le thème (super-héros,etc...) est plutôt orienté vers les garçons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, ma fille de 11 ans aime bien des films qu'on pourrait croire destinés à des garçons, avec des super-héros dedans, comme les Avengers, Captain America, Iron Man... Mais là, je ne sais pas, peut-être a-t-elle été rebutée par le format film d'animation ?

      A.C.

      Supprimer
  2. C'est vrai que ça manque un peu de filles, mais bon je pense que même gamine j'aurais kiffé le gros robot tout mou :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manque de filles ? Y'en a au moins trois, plus la fille de Callaghan, quand même, non ? Bon, d'accord, ça ne fait pas beaucoup...

      A.C.

      Supprimer
  3. Les incohérences du film: https://www.youtube.com/watch?v=CmMefm7X-mY

    RépondreSupprimer
  4. C'est clair qu'il doit y en avoir !

    A.C.

    RépondreSupprimer
  5. Et il y en a beaucoup, effectivement !

    Et la référence à Asimov (pour les trois lois) sans le citer, n'en est pas vraiment une, mais c'est du chipotage...

    En tout, merci beaucoup anonyme pour cet éclairage aussi instructif que drôle (attention aux spoilers !) !

    A.C.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire